Je ne peux plus payer mon loyer, que dois-je faire ?



Ne rompez pas la confiance et prenez l’initiative d’informer votre bailleur.

Hormis cas exceptionnels prévus par la loi, le locataire s’engage à payer son loyer au bailleur (et/ou propriétaire) et dont le montant est fixé dans le contrat de location. Seuls 2% à 3% des loyers seraient impayés selon les statistiques, chiffres qui semblent contestés considérant le nombre plus élevé de bailleurs faisant part d’incidents de paiements.

Quoiqu’il en soit, la plupart seraient consécutifs à un changement significatif ou à un accident dans la vie du locataire comme le chômage, un divorce ou un problème médical. Si en tant que locataire vous n’êtes plus en mesure de payer votre loyer et ce quelle que soit votre raison, il est préférable d’en informer votre bailleur afin de ne pas rompre la confiance réciproque construite sur la base du contrat de location que vous avez signé.

En cas de difficulté, privilégiez toujours le dialogue au conflit.

N’oubliez pas qu’être bailleur (ou propriétaire) n’est pas un privilège, c’est le plus souvent un investissement et votre interlocuteur compte sur votre loyer pour le financer. Cet investissement n’est pas nécessairement lucratif et comporte une part de risque que vous n’assumez pas en tant que locataire. Votre bailleur peut par exemple être une personne retraitée pour qui votre loyer est un indispensable complément de revenu.

N’oubliez donc pas que le bailleur a probablement été locataire auparavant – et l’être peut-être toujours – et que si vous traversez quelque difficulté, il en traverse – ou en a traversé – probablement aussi. C’est pourquoi il est toujours plus avisé, autant que faire se peut, de privilégier le dialogue au conflit.

Lisez aussi : Je ne paye pas mon loyer, que va-t-il se passer ?